SEARCH
REGION: FRANCE
Interview Expert

"Un nouveau système d'exploitation pour l'économie"

La société exige une plus grande durabilité, et les décideurs politiques créent un environnement commercial et réglementaire approprié à tous les niveaux. Cela met la pression sur les entreprises pour qu'elles jouent leur rôle dans la transition vers une économie plus durable. Quel rôle l'économie circulaire peut-elle jouer à cet égard ? Et comment l'évolution du comportement des clients modifie-t-elle le marché ?

Matthias Steybe, Group Sustainability Officer chez CHG-MERIDIAN, discute de ces questions avec le Dr Rüdiger Kühr, expert en économie circulaire à l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche.

Le développement durable pourrait-il remplacer la santé et la forme physique comme sujet de prédilection ?

Steybe : Pas encore, mais j'ai remarqué que les employés de CHG-MERIDIAN commencent à demander s'ils peuvent utiliser leur matériel informatique plus longtemps ou s'ils sont autorisés à commander des appareils reconditionnés. Nous observons la même tendance chez nos clients. L'accent est mis sur une utilisation responsable de la technologie.  

Kühr : Dans l'ensemble, la durabilité et les sujets connexes ont été placés en tête de l'ordre du jour, tant dans la sphère politique que dans la sphère privée. Il y a une nouvelle prise de conscience de notre société de consommation.  

Steybe : Ce zeitgeist définit notre façon de penser. L'industrie automobile est depuis quelque temps sous haute surveillance en ce qui concerne son impact sur l'environnement et a réagi en conséquence. Cette tendance se poursuit maintenant dans le secteur informatique.  

Kühr : Les technologies de l'information sont un peu à la traîne en matière de durabilité, même si l'opinion publique considère que ce secteur est très innovant. La discussion sur l'impact environnemental de l'informatique et le lancement de campagnes de réduction des émissions ne sont que des développements récents. 

Steybe : Oui, le secteur informatique a certainement été à la traîne. En raison de la raréfaction des ressources et des coûts qui y sont liés, le million de biens usagés que nous remettons à neuf pour un autre cycle de vie sont désormais plus chers. La demande augmente rapidement, ce qui conduit à de nouveaux modèles commerciaux basés sur l'économie circulaire. 

Rüdiger Kühr, titulaire d'un doctorat en sciences économiques et sociales, est l'un des principaux experts mondiaux de l'économie circulaire. Depuis 1999, il enseigne et mène des recherches à l'Université des Nations unies. Il est actuellement directeur du programme "Cycles durables" à l'Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (UNITAR).

Pourquoi le secteur IT n'a-t-il pas été capable jusqu'à présent d'appliquer ses formidables pouvoirs d'innovation à la question de la durabilité ?

Kühr : Le mode de pensée du secteur informatique est encore linéaire. La phase de fin de vie d'un produit et la fermeture des boucles circulaires sont rarement prises en compte lors de la conception, ce qui est dû à un manque de communication interne. L'industrie informatique n'est pas aussi innovante que sa réputation le suggère. 

Steybe : Nous avons identifié une évolution de notre clientèle vers les types de modèles alternatifs que nous défendons depuis plus de 40 ans en tant que pionnier de la gestion des technologies. L'accès plutôt que la propriété est un concept de plus en plus populaire, et l'économie du partage crée un nouveau mécanisme de marché. Mais il y a encore beaucoup de place pour l'amélioration, notamment en ce qui concerne la longévité des produits. 

Matthias Steybe est le Group Sustainability Officer de CHG-MERIDIAN depuis mi-2020. Avec son équipe interdépartementale, il est chargé de contribuer à l'élaboration de la stratégie de développement durable du groupe, de définir les plans d'action nécessaires et de les mettre en œuvre au niveau international.

L'économie circulaire est-elle donc une forme de perturbateur ?

Kühr : On dit que c'est le début de la prochaine révolution industrielle. Et une révolution est exactement ce dont nous avons besoin.   

Steybe : Cela nous donne, à nous gestionnaires de la durabilité, beaucoup de matière à réflexion. Les entreprises doivent essentiellement obtenir de leurs actionnaires et d'autres parties prenantes une autorisation sociale d'exercer leurs activités. De plus, les entreprises doivent être en mesure de montrer les résultats tangibles de leurs actions ; les déclarations d'intention et les exigences légales ne suffisent plus. L'expression "Si vous voulez régler le problème du climat, vous devez d'abord régler celui de l'économie" ne pourrait être plus appropriée.  

"L'industrie informatique n'est pas aussi innovante que sa réputation le suggère. Son mode de pensée est encore beaucoup trop linéaire."
DR. RÜDIGER KÜHR, INSTITUT DES NATIONS UNIES, FORMATION ET RECHERCHE

D'où vient la pression pour trouver un meilleur équilibre entre l'économie et l'environnement ?

Kühr : Principalement de la société. Les décideurs politiques ne font que reprendre les tendances qui sont populaires, mais ils offrent peu de vision. Cela est dû, entre autres, aux cycles électoraux, c'est pourquoi il ne faut pas trop attendre des gouvernements. Les entreprises, en revanche, doivent penser et planifier à long terme. C'est là que l'interaction entre les entreprises et la société est un moteur essentiel. 

Steybe : Un exemple d'interaction réussie est l'initiative de financement durable de l'UE, qui fait partie de son Green Deal. En exigeant une réflexion à plus long terme en matière d'investissement, les politiques ont un impact positif, reflété, par exemple, dans notre prêt syndiqué conforme aux critères ESG d'Helaba Landesbank Hessen-Thüringen.

Comment encourager les fabricants à concevoir leurs produits en tenant compte de l'économie circulaire ?

Steybe : La concurrence stimule l'innovation. Il suffit de penser à Car2go. Dans ce cas, une entreprise du groupe Mercedes a remis en question la primauté de l'achat. C'était révolutionnaire. Nous assistons aujourd'hui à quelque chose de similaire dans l'informatique. Les décideurs politiques peuvent accélérer certains processus, bien sûr, de la même manière que le Green Deal favorise le financement durable. Néanmoins, je crois fermement que l'élan de l'innovation doit venir des entreprises.  

Kühr : Dans une certaine mesure, les nouveaux modèles commerciaux imposent une forme d'autorégulation. À l'avenir, les entreprises n'achèteront que le service, pas l'appareil. Cela conduira à une plus grande remplaçabilité des composants. 

"Si vous voulez régler le climat, vous devez d'abord régler l'économie. C'est le marché qui a le plus de chances de réussir à changer le marché."
Matthias Steybe, responsable du développement durable du groupe, CHG-MERIDIAN

Sommes-nous donc non seulement à l'aube d'une nouvelle révolution industrielle, mais aussi en train de vivre un changement culturel ?

Kühr : C'est exact. Il n'est pas nécessaire de sacrifier notre qualité de vie ni de se passer de l'innovation et des dernières technologies. Il s'agit de maintenir le mode de vie auquel nous sommes habitués tout en explorant de nouvelles approches. 

Steybe : Nous parlons d'une révolution numérique. Une révolution qui crée un nouveau système d'exploitation pour l'économie. 

Découvrir plus

par Ulrich Bergmann, directeur financier de CHG-MERIDIAN

La Finance durable

Les modèles d'investissemements durables représentent de réelles opportunités de croissance.

En savoir plus 
CHG-MERIDIAN Ecovadis sustainability rating
24 sept. 2021 – Weingarten

CHG-MERIDIAN REÇOIT LA MÉDAILLE D'ARGENT D'ECOVADIS

Le Groupe CHG-MERIDIAN a dévoilé sa première stratégie globale de développement durable au début de l'année 2021. L'entreprise vient de se voir décerner une médaille d'argent dans le cadre du dernier classement EcoVadis basé sur les normes de responsabilité sociale des entreprises (RSE) acceptées au niveau mondial...

En savoir plus 

La durabilité est une nécessité

Selon une étude récente de l'IW, l'utilisation de l'informatique en fonction des besoins pourrait contribuer à économiser des ressources supplémentaires pour un montant pouvant atteindre 10 milliards d'euros rien qu'en Allemagne.

En savoir plus